Danse Gwoka : Akoma Santé éblouit l’Institut français



Le groupe Akoma Santé a offert un spectacle inédit à l’occasion de la Journée commémorative de l’abolition de l’esclavage.

Le groupe Akoma Santé a offert un spectacle inédit à l’occasion de la Journée commémorative de l’abolition de l’esclavage. Le public abidjanais s’est laissé transporter par les rythmes endiablés de la danse ‘’Gwoka’’ venue tout droit de la Guadeloupe.

Le chanteur André Broussillon et ses danseurs ont ‘’enflammé’’ l’auditorium de l’Institut français d’Abidjan à chaque prestation.

Ils ont fait vibrer le public à travers les chansons en créole, comme ‘’Grajè Grajé Manioc’’, dont les pas de danse évoquent les différentes phases évoquant la fabrication de la farine de manioc, repris en chœur par la salle séduite par les sonorités rythmés par des tambours.

Les ballets des danseurs aux tenues chatoyantes sur ‘’Toumblak’’, danse de l’amour, rappelant la fertilité en Afrique, ‘’Mendé’’ qui symbolise l’évasion collective et la ‘’Granjanbel’’, qui rappelle les mouvements saccadés des esclaves dans les plantations, ont également suscité l’extase dans le public.

Composé de sept danses de bases aux rythmes spécifiques, le Gwoka qui serait la déformation créole de ‘’gros-quart’’, accompagne les temps forts de la vie quotidienne ainsi que les manifestations festives, culturelles, profanes ainsi que des mouvements de revendications sociales et politiques. Il renforce l’identité et procure un sentiment de valorisation collective et de fierté individuelle, en portant des valeurs de convivialité, de résistance et de dignité.

 

COMMENTAIRES

©2017 Kitamag Tous droits réservés - Mentions légales

Plan du site :

Actualités Mode People Food & Drink Beauté & Bien Être Culture Si on vous le dit... Vie pratique Pharmacie de garde Agenda

Lifestyle - Le style de vie africain

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?