Mutinerie : Situation toujours confuse malgré l’annonce d’un accord avec les mutins



Photo d’archives utilisée à titre d’illustration

Après quatre jours de mutinerie dans plusieurs localités du pays, le ministre ivoirien auprès du président de la République chargé de la défense, Alain Richard Donwahi a annoncé lundi soir qu’un « accord a été trouvé entre les autorités ivoiriennes et les soldats insurgés sur les modalités de sortie de crise ».

« En vue d’éviter tout enlisement et plus d’endeuillement de familles, l’état-major général des armées a entrepris des échanges avec les soldats hier dimanche et ce lundi. A l’issue de ces échanges, un accord a été trouvé sur les modalités de sortie de crise», a informé M. Donwahi qui s’exprimait sur les antennes de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI- Service public).

« Par conséquent, nous appelons l’ensemble des soldats à libérer les corridors, à retourner dans les casernes et à veiller à la quiétude des populations», a-t-il par ailleurs invité avant de demander aux populations de « garder leur calme. Nous les assurons que tout est mis en œuvre pour un retour rapide à une situation apaisée».

Alain Richard Richard a auparavant rappelé que ce mouvement d’humeur des militaires insurgés au nombre de 8400 fait suite à une rencontre entre le chef de l’État et une délégation de ceux-ci mercredi dernier, dans laquelle leur porte-parole annonçait leur « renonciation à toute revendication d’ordre financier».

« Force est de constater que des incompréhensions et des divergences sur les déclarations du porte-parole de ces soldats ont abouti à des troubles dans plusieurs localités entraînant malheureusement des dégâts matériels importants, des blessés et des pertes en vie humaine», a rappelé M. Donwahi.

Mais selon France 24, un mutin joint au téléphone à Bouaké par l’AFP, a indiqué que lui et ses camarades « attendaient de connaître le contenu de l’accord » avant de décider de la suite de leur mouvement. L’agence Reuters indique pour sa part que le texte a été rejeté par deux représentants des mutins sans en préciser l’identité.

« On ne reconnaît pas l’accord. Est-ce qu’on fait des baptêmes sans le baptisé ? Aucun représentant de Bouaké n’était présent lundi à leur ‘accord’. D’après ce qu’on sait, c’était une réunion de hauts gradés », a affirmé à l’AFP un mutin sous couvert de l’anonymat. Il a ajouté que des négociations avaient bien eu lieu dimanche mais que les négociateurs s’étaient séparés sans être tombés d’accord : « Ils nous ont alors menacé de nous attaquer. Aujourd’hui (lundi), ils ont vu qu’on était forts et ils font cette annonce. »

Quelques minutes après la déclaration du ministre, des tirs ont été entendus au Camp Gallieni au centre-ville d’Abidjan, au nouveau camp d’Akouédo et à Bouaké, relaie l’AFP.

 

COMMENTAIRES

©2017 Kitamag Tous droits réservés - Mentions légales

Plan du site :

Actualités Mode People Food & Drink Beauté & Bien Être Culture Si on vous le dit... Vie pratique Pharmacie de garde Agenda

Lifestyle - Le style de vie africain

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?